PREMIÈRE LIGNE

Mis à jour : mai 20

Par ces temps de confinement et de pandémie, mes pensées vont vers ceux qui sont en première ligne, ceux qui ont le sens du devoir, ceux qui sont essentiels pour sauver des vies et nous aider à vivre correctement... Les mêmes qui sont souvent oubliés par ceux qui détiennent le pouvoir, parfois même attaqués. Attaqués et frappés parce qu'ils manifestent. Ils manifestent non pas pour leurs propres personnes mais pour avoir des conditions d'exercice de leur métier dignes et nécessaires à la vie des autres. Je parle ici des infirmier(ère)s, des médecins, des pharmacien(ne)s mais aussi les caissier(ère)s, les routier(ère)s, les éducateur(trice)s, les auxiliaires de vie... la liste est longue et n'est pas exhaustive.

Illustration à partir du texte : Valou Tchao

Alors je ne peux pas aider vraiment... Juste leur dire mon soutien et ma reconnaissance à travers ces quelques mots... Et essayer de faire en sorte que le message se propage...


PREMIÈRE LIGNE


ils nous ont dit « c’est la guerre »

et envoyées en première ligne

les infirmières et les caissières

sans stratégie ça c’est indigne

même le plus con des militaires

aurait pensé à faire un signe

avant de penser à sa carrière

à celui ou à celle qu’il désigne


tu fais le beau derrière ton pupitre

nettoyé par ceux qui portent le devoir

regarde toi tu n’es qu’un pitre

aveuglé par ton petit pouvoir

j’en ai fini pour ce chapitre

peu de temps à donner aux couards

après la crise j’aurai un titre

à te proposer « au revoir »


mon peu de temps je te le donne

à toi qui sais porter l’espoir

en espérant que mes mots résonnent

dans ce tunnel qui est bien noir

tu es bien bon tu es bien bonne

toi qui as le sens du devoir

et jamais tu n’en fais des tonnes

sourire aux lèvres être sans gloire


j’ai le blues pour ces blouses blanches

elles qui font tout pour sauver des vies

sur le pont du lundi au dimanche

laissant de côté familles et envies

à devoir faire presque la manche

alors qu’on sucre leurs crédits

il n’y a plus de lits plus que des planches

à l’hôpital qu’importe toi tu guéris


je pense à toi derrière ta caisse

toi qu’on remplace par des machines

sur ton dos les gros s’engraissent

mais tu encaisses et restes digne

ils se défilent et ils te laissent

pourvu que tourne la machine

ton pouvoir d’achat est en baisse

on te protège avec une barrière infime


éducateurs éducatrices

vous qui donnez votre temps aux gens

soignez les plaies les cicatrices

êtes oubliés par les géants

oubliée la société protectrice

vous vous nous coutez de l’argent

faites les entrer dans la matrice

pour cela vous n’avez même pas de gants


une pensée pour ces pauvres flics

eux si assujettis au pouvoir

ils cassent les couilles ça c’est un tic

mais combien resteront pour voir

ce que diront les politiques

à la sortie de ce couloir

vouloir faire régner l’ordre public

sans même un masque c’est dérisoire


on les envoie en première ligne

bien derrière restent les planqués

aucune vision ça c’est indigne

de celui qui veut nous diriger

on nous envoie en première ligne

bien derrière restent les planqués

qu’il repense à la mort du cygne

il finira par s’écraser…


Pour m'aider à propager ce message, différents artistes interprètent dans leur style ce texte... Un grand merci à eux !!

Véro, Phil, Isaac et Bahati
Boumako
Rem's, Mat et Pop's
Ma Lo
Keza
Moax
Lise Streicher
Poeshit
Remsmove
Cédric Laroche (Théâtre du Paradoxe)
HuMMM (MM Meulien et JP Fernandes)
Greg Saïd Hourchmi
Julien Bertrand
Eva Mifsud et Tomly
Dom
Florian Koan et Cléman Aubin

Et en écho à mon petit texte, celui-ci...

Ladamdubec Basille

Sur le pas de la porte

Pas grand chose, pas d'estime

Guère de considérations, guerre il semblerait

Le pass poil liseré cousu sur l'uniforme

Pour un signe distinctif, mépris

Passeport en poche, exigé par les autorités

Autoritaires, décisionnaires, foutaises

En première ligne, ligoté, largué

Privation, procrastination, addiction

Alcool, tabac, substances, connexions

Services en lignes, libre-service

Ne pas franchir la ligne, conduite absolue

Punition, être un trait continu, exiguë

Confiné, lignifié, captivité

Au combat, banque en ligne, mains crochues

En direct avec sa lignée, descendants

Rappel à nous la famille, importance

Le grand patron de cette France

Premier comédien, jouant son premier rôle

Le contrôle, peuple apeuré, épuisé, submergé

Va bosser toi infirmier, éboueur, pompier,

Caissier, tout corps de métiers, va, va donc

Sans protection, il faut s'expliquer, s'exécuter

A vos ordres, premier ministre, président

Le revers de la médaille arrivera

Pas envie de contravention

Dans la vie la roue tourne

Comme toi, nous, vous

Nous tournons, le réveil sera violent

Un monde meilleur nous attends

Gardons espoir La première ligne c'est toi...

Liberté, égalité, fraternité à revoir

Attendons plus tard...

Que cette page d'histoire reste en mémoire...


Isaac
Bahati

© 2020 by Zeno